Les langues romanes comme écarts et comme norme

Abstract: (Romance languages as deviations and as standards) In this article we would like to explore the idea of the canon in linguistics, namely, the eternal tension between norms and deviations in a language. The deviations from the norm gave rise to the vulgar Latin and, later, to the Romance languages. We believe that it is interesting to focus first on the changes in Latinity that widened the gap between classical Latin as a norm and vulgar Latin as a deviation, and then on the emergence of different Roman dialects among which some have become a new standard. Similarly, we would like to compare, on the basis of the specificities of the regions in Romania, the influences of the historical and socio-cultural factors that determined the choice of the dialect that would become the standard in various Romance languages (Portuguese, Spanish, French, Italian, Romanian). Accordingly, linguistic factors and political or sociocultural factors converge in the evolution of the standard Romance languages. We would also like to emphasize the fact that classical Latin, while being a “dead” language and representing the “abandoned” norm, continues to influence the “discrepancies” that have become new standard Romance languages, given that certain evolutions are hampered by the desire to return to the classical Latin, perceived as a canon far beyond its use as a living language of Rome and its provinces. We believe that the study we propose to do could contribute to the understanding of the factors that constituted Romania.

Keywords: Romance languages, classical Latin, vulgar Latin, Romania, standard.

Résumé: Dans cette intervention nous voudrions explorer l’idée du canon en linguistique, à savoir le jeu éternel entre la norme et les écarts dans une langue. Les écarts par rapport à la norme ont donné naissance au latin vulgaire et, ensuite, aux langues romanes. Nous croyons qu’il est intéressant de s’attarder d’abord sur les changements survenus dans la latinité qui ont creusé l’écart entre le latin classique comme norme et le latin vulgaire comme déviation, et, ensuite, sur l’émergence de différents dialectes romans parmi lesquels certains sont devenus une nouvelle norme. De même, nous voudrions comparer, à partir des spécificités des régions au sein de la Romania, les influences des facteurs historiques et socioculturels qui ont pesé sur le choix du dialecte qui allait devenir le standard dans différentes langues romanes (portugais, espagnol, français, italien, roumain). Nous montrerons que les facteurs linguistiques et les facteurs politiques ou socioculturels convergent dans l’évolution des langues romanes standard. Nous voudrions aussi souligner le fait que le latin classique, tout en étant une langue « morte » et tout en représentant la norme « abandonnée », continue à influencer les « écarts » qui sont devenus de nouvelles langues romanes standard, étant donné que certaines évolutions sont entravées par le désir de retour vers le latin classique, perçu comme canon bien au-delà de son usage comme langue vivante de Rome et de ses provinces. Nous croyons que l’étude que nous nous proposons de réaliser pourrait contribuer à la compréhension des facteurs qui ont constitué la Romania.

Mots-clés : langues romanes, latin classique, latin vulgaire, Romania, standard.