L’altérité ottomane dans la littérature française de voyage du XVIe siècle

Résumé: L’existence de l’Empire Ottoman prend une véritable consistance à partir de 1453, mais c’est avec Soliman que l’expansion de cet Empire pousse les puissances occidentales à se pencher sur la question turque. Seule la France se distingue par le biais de François Ier en essayant de nouer des liens commerciaux mais aussi politiques avec la Sublime Porte. François Ier, critiqué par les royaumes occidentaux pour son alliance, va adopter une attitude contradictoire à travers des traités et des engagements avec Soliman et Charles Quint, mettant à jour l’instabilité de la politique levantine française et la nécessité de contrôler cet Autre menaçant. En 1535, l’Empire Ottoman autorise l’installation d’une ambassade et marque ainsi le début de voyages politiques auxquels vont se joindre nombre d’érudits en tant qu’envoyés culturels. La littérature de voyage va donc prendre une grande importance et les voyageurs vont se succéder. Ces récits de voyage constituent des preuves de la perception et de la retranscription d’une altérité aussi cruciale que l’altérité ottomane (qui compte une certaine population roumaine) du XVIe siècle.

Mots-clés: voyage, savoir, altérité, identité, politique.

Abstract: (The Ottoman alterity in the French travel literature of the sixteenth century) The existence of the Ottoman Empire takes a real consistency from 1453. Only it is with Soliman that the expansion pushes the western powers to look into the Turkish situation. France, through Francis I, tries to establish commercial but also political bonds with the Sublime Porte. Francis I, criticized by the western kingdoms for his alliance, then adopts a contradictory attitude through treaties and commitments with Soliman and Charles V, exposing the instability of French Levantine politics and the need to control this threatening Other. In 1535, the Ottoman Empire allows the installation of an embassy, and marks the beginning of political trips to which many scholars will join as cultural emissaries. These travel stories constitute evidence of the perception and transcribing of an alterity as crucial as the Ottoman’s one in the sixteenth century.

Keywords: travel, knowledge, alterity, identity, politics.