Évolution de l’écriture chez Faïza Guène. Du « roman d’une adolescente pour des adolescents » au « roman de l’âge adulte »

Résumé: « Roman d’une adolescente pour des adolescents » (Marc Sourdot) et « roman de l’âge adulte » (Hubert Artus), des syntagmes qui conviennent de merveille à deux romans de cette « Sagan des cités », surnom de Faïza Guène, écrivaine d’origine algérienne, née dans la banlieue parisienne, représentante de la littérature des « intrangères ». Kiffe kiffe demain, son premier roman publié en 2004, traduit en 28 langues, un véritable phénomène, est écrit dans une langue fortement oralisée, rythmée, propre aux adolescents des cités. Un homme, ça ne pleure pas, paru en 2014, témoigne d’une écriture beaucoup plus maîtrisée, même si elle garde un caractère parlé. Entre ces deux pôles, on découvre deux autres romans – Du rêve pour les oufs (2006) et Les Gens du Balto (2008) – de même qu’une nouvelle publiée en 2007. Nous nous proposons d’analyser l’évolution du style de Guène et les résultats du contact entre des langues, niveaux de langue et cultures différentes dans l’espace de ses écrits. Nous constaterons que, pour être littéraire, la langue d’écriture ne doit pas être strictement pure et normée; elle peut emprunter également la couleur de l’espace où elle est employée couramment – la couleur grise – et passer de la rue à l’écrit tout en gardant ses traits définitoires – oralisée, déguisée, épicée.

 Mots-clés: langue littéraire, langue grise, verlan, langue oralisée, emprunts 

Abstract: (Evolution of writing in Faïza Guène. From "a teenager's novel for teenagers" to the "novel of adulthood") "Roman d’une adolescente pour des adolescents" (Mark Sourdot) and "roman de l’âge adulte" (Hubert Artus), two phrases that are appropriate to wonder two novels of this "Sagan des cités," nickname we often give to Faïza Guène, writer of Algerian origin, born in the suburbs of Paris, representing the literature of "intrangères". Kiffe kiffe demain, his first novel published in 2004, real phenomenon translated into 27 languages, is written in a language strongly oralized, rhythmic, specific to the teenagers of cités. Un homme, ça ne pleure pas, published in 2014, shows a much more controlled writing, even if it keeps a oralized character. Between these two poles, one discovers two other novels - Du rêve pour les oufs (2006) and Les Gens du Balto (2008) - and a short story published in 2007. In our intervention, we propose to see how evolved the Guène’s style and what are the results of the contact between languages, cultures and language levels in the space of his writings. We find that to be literary, writing language should not be strictly pure and standardized; it can also take the color of the space where it is widely used - the gray - and pass the street in writing while keeping its defining features - oralized disguised, spicy.

Keywords: literary language, gray language, verlan, oralized language, loans